Le NPD Réclame la Suppression de Lois Discriminatoires Envers les Anciens Combattants

 

Ottawa — Aujourd’hui, Irene Mathyssen (London-Fanshawe), porte‑parole néo‑démocrate responsable des anciens combattants, ainsi que le député Gord Johns (Courtenay-Alberni) ont présenté deux projets de loi qui modifieront des lois discriminatoires touchant les anciens combattants et leur famille.

Le premier projet de loi porte sur la loi paternaliste qui fait en sorte que, si un ancien combattant, un membre de la GRC, un juge ou un employé du secteur public choisit de se marier après 60 ans, son conjoint ne pourra pas toucher ses prestations de retraite à sa mort.

« Il est inconcevable que cette loi soit toujours en vigueur, déclare Mme Mathyssen. Plus nous vieillissons, plus nous dépendons de notre conjoint pour recevoir des soins. Ces années sont parfois les plus difficiles de la vie d’une personne. Les conjoints sont en droit de recevoir ces prestations et le moment où la relation a débuté ne regarde en rien le gouvernement. »

Rick Inglis, coprésident de la Coalition équité des pensions aux conjoints survivants, appuie ce projet de loi. « Notre coalition est très heureuse que le Nouveau Parti démocratique se joigne au combat pour modifier des lois injustes qui, de diverses façons, ont lésé des Canadiens depuis 115 ans. Ces lois archaïques n’ont pas leur place dans une société moderne. »

Le deuxième projet de loi met un terme à la réduction injuste de la pension de service des anciens combattants des Forces canadiennes et des ex‑membres de la GRC retraités et handicapés.

« Les membres des Forces canadiennes et de la GRC voient leur pension injustement réduite lorsqu’ils commencent à toucher des prestations du Régime de pensions du Canada (RPC), ou s’ils deviennent handicapés et qu’ils perçoivent des prestations d’invalidité du RPC, signale Mme Mathyssen. Ce projet de loi mettra fin à ces déductions injustes. »

« Pour leur contribution et leurs sacrifices, les anciens combattants et leur famille méritent d’être bien traités financièrement à l’heure de leur retraite ou s’ils deviennent handicapés, affirme M. Johns. Nous devons soutenir les anciens combattants, les ex‑membres de la GRC, les travailleurs du secteur public et leur famille. Je suis heureux d’appuyer aujourd’hui ces deux projets de loi qui modifieront les mesures législatives discriminatoires et injustes qui existent actuellement. »